L'atelier du Dirigeant

secretariat externalise

6 conseils en e-mailing

Dans un premier temps, revoyons ensemble un peu le sens de ce qu’est « l’e-mailing ». Vous l’aurez compris le « e » désigne le format électronique du mailing, et le mailing est en réalité le mot anglais pour « publipostage ». Le publipostage correspond à la prospection publicitaire par correspondance.

On comptabilise en réalité 4 principaux types d’e-mailing (en B2B) :

 • La newsletter
Permet d’informer les prospects et/ou clients et de garder un contact régulier avec eux.

• L’e-mailing commercial
Permet d’inciter un prospect à acheter

• L’e-mailing transactionnel 
Correspond aux fameux e-mails « nous avons bien reçu votre commande », c’est en quelque sorte un accusé de réception pour le client

• L’e-mailing automatisé

Contrairement à l’e-mail transactionnel qui est personnalisé et unique, il s’agit là de campagnes d’e-mailings prévues à l’avance dont le but est d’être envoyées au plus grand nombre. Également, à l’opposé de la newsletter qui est envoyée à un ensemble de prospects et/ou clients, l’e-mail automatisé s’envoi uniquement dès qu’une certaine action est réalisée par le prospect ou le client. Ce type d’e-mailing tient compte des comportements en ligne.

Il existe un grand nombre de conseils et de bonnes pratiques concernant l’e-mailing et bien souvent, on vous présente les mêmes (avoir un corps d’e-mail pertinent, segmenter les contacts, utiliser la charte graphique et le logo de votre entreprise etc.). Pour pallier à ça, nous avons sélectionné la crème de la crème des indispensables 2019 pour réaliser un e-mailing efficace.

#1 METTEZ-VOUS A JOUR

L’e-mailing est notamment règlementé par le RGPD (le Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles). En cela, les destinataires de la campagne doivent préalablement et explicitement donner leur consentement. Pour formaliser ce consentement, la création d’une inscription opt-in est nécessaire (et règlementairement obligatoire). Pour résumer brièvement, l’opt-in correspond à la mention « si vous souhaitez recevoir des propositions commerciales de nos partenaires par voie électronique, merci de cocher cette case ». Aussi, n’oubliez pas que le lien de désinscription doit être bien visible pour que les contacts qui ne sont plus intéressés puissent se désabonner. Plus d’informations au sujet de l’opt-in : www.emailing.biz/gerer-ses-destinataires/opt-in-definition/

#2 OPTIMISEZ VOTRE PRE-HEADER

Le pré-header, c’est le petit extrait textuel qui est sous l’objet du mail. Souvent sous-estimé au profit d’un titre d’objet accrocheur, il permet pourtant d’améliorer considérablement votre taux d’ouverture et donc votre visibilité. Le pré-header doit donner une information brève mais pertinente tout en étant alléchante. Certaines plateformes permettent de le modifier.

#3 PENSEZ RESPONSIVE

Si on devait trouver un équivalent à « design responsive », le terme d’hybride est probablement le plus adéquat. L’idée est d’avoir un mail lisible sur n’importe quel support (PC, mobile, tablette, etc.). Gardez à l’esprit que près de 50% des mails sont désormais lu sur mobile ce qui signifie qu’optimiser l’affichage sur mobile est devenu indispensable.

Nous vous recommandons d’une part d’utiliser des plateformes de mailing proposant la création de templates au design responsive afin que vos contenus s’affichent correctement sur tous les appareils. Faites également attention à la taille de vos images (qui peuvent prendre plus de temps à charger sur mobile) et à ne pas proposer des textes trop longs.

Pensez également à tester vos campagnes sur les différentes boites de réception communes (Gmail, Outlook, Yahoo, etc.) afin de vérifier l’affichage de votre (futur) e-mail.

 

#4 INCLUEZ UN CALL-TO-ACTION

Call-to-action ou « inciteur d’action » est un moyen utiliser pour orienter l’action de votre lectorat. Concrètement, cela se met en œuvre grâce à la présence d’un bouton d’action.
Le call-to-action peut être de plusieurs natures. Par exemple, lorsque vous insérez une partie d’un article, vous pouvez insérez un bouton « Lire la suite » pour inciter le lecteur à poursuivre la lecture de l’extrait directement sur votre site internet. Pour accroitre la vente d’un produit ou d’un service, vous pouvez mettre une image qui indique de cliquer sur celle-ci. L’image pourra contenir un lien qui renvoie directement sur le produit ou service en question.

Enfin, il a été noté que les call-to-action les plus efficaces sont ceux dont la typographie et la colorimétrie est mise en avant. Privilégiez donc les polices épaisses et grasses ainsi que les couleurs vives.

 

#5 MISEZ SUR VOS E-MAILS TRANSACTIONNELS

Saviez-vous que les e-mails transactionnels disposent de taux d’ouverture et de clic 7 fois plus élevé que les e-mails automatisés ? Pourquoi ne pas profiter de cette opportunité ?

Afin d’exploiter au mieux vos e-mails transactionnels, les grands oubliés de l’e-mailing, nous vous conseillons de travailler leur design et leur contenu. Pourquoi ne pas insérer un call-to-action (vers vos contenus en ligne qui ont le mieux fonctionnés par exemple), montrer d’autres produits afin d’essayer de réaliser des ventes additionnelles ou encore mettre en avant votre logo pour marquer votre client ?

 

#6 ANALYSEZ VOS STATISTIQUES DE CAMPAGNES

Très (trop) souvent oubliés, les statistiques de campagnes sont pourtant la base de tout emailing. Ils vous permettent notamment d’analyser ce qui a fonctionné ou au contraire, ce qui n’a pas plu à votre audience.

Par exemple, si sur 6 mois vous avez envoyé des campagnes d’e-mailing très sérieuses, neutres, minimalistes, épurées (type A) et que les 6 mois suivants vous vous êtes laissez tenter par des campagnes plus « conviviales » (Type B : utilisation de GIFS, auto-dérision, etc.) et que vous constatez que les 6 premiers mois ont été plus profitables (taux d’ouverture à la hausse, taux de clics impressionnants), cela vous indique qu’à l’avenir vous devez rester sur un formalisme qui s’apparente davantage au ‘design’ de la campagne de type A, plutôt que celle de type B.

Autre exemple, faites le test d’envoyer une newsletter un jeudi à 10h et comparez avec un envoi un dimanche à 23h. Ce qui en ressort ? Indéniablement que l’heure d’envoi des messages a un impact significatif sur vos statistiques et donc sur vos performances. Analyser les statistiques permet donc de vous améliorer !

 

Et dernier petit tip*, l’objet de votre mail doit contenir des éléments qui donnent envie de cliquer au premier coup d’œil. Il doit donc autant que possible susciter chez le lecteur des émotions (curiosité, surprise, joie etc.). Nous vous rappelons que les mails dont l’objet comprend des mots tels que « argent », « love » vous font passer directement par la case spam de votre destinataire. Ça serait quand même dommage d’avoir passé autant de temps sur la préparation de votre mailing pour qu’ils finissent, finalement, à la corbeille. *NDLR : tip = conseil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *